L’initiative Scaling Solar fournit de l’énergie à moindre coût en Zambie

Panneaux solaires dans le village de Mpanta, en Zambie. © Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Augmenter les capacités de production d’énergie est une véritable urgence en Zambie. En effet, dans ce pays d’Afrique australe où 20 % seulement de la population a accès à l’électricité, deux ans de sécheresse ont paralysé les centrales hydroélectriques et provoqué une crise énergétique nationale.

C’est dans ce contexte que la Zambie a rejoint Scaling Solar (a), une initiative du Groupe de la Banque mondiale dont le but est d’aider les États à produire de l’électricité solaire rapidement et à un coût raisonnable, grâce à l’organisation d’appels d’offres compétitifs, à des mécanismes de financement pré-approuvés et à des produits d’assurance et de gestion des risques.

Les résultats du premier appel d’offres, lancé en mai, ont surpassé les prévisions les plus optimistes : sept des principaux promoteurs mondiaux de projets solaires ont concouru pour remporter le marché de construction des premières centrales solaires de grande envergure en Zambie.

Les deux offres gagnantes s’engagent respectivement à fournir de l’électricité au prix de 0,0602 et 0,0784 dollar par kilowattheure, soit le plus bas tarif de rachat jamais vu en Afrique et l’un des plus faibles du monde.

« C’est une réussite extraordinaire pour la Zambie et pour Scaling Solar, qui s’impose ainsi comme un véritable levier d’accès à de nouveaux marchés pour la production d’énergie propre », souligne Philippe Le Houérou, vice-président exécutif et directeur général de la Société financière internationale (IFC). « À présent, les gouvernements des pays d’Afrique subsaharienne savent qu’ils peuvent se tourner vers le solaire pour produire de l’électricité rapidement et à moindre coût, ce qui était inimaginable jusqu’alors en dehors de l’Afrique du Sud. »

Le tarif de 6 cents étant fixé pour 25 ans, sans revalorisation en fonction de l’inflation, cela correspond à un coût d’environ 4,7 cents par kilowattheure sur la durée du contrat, similaire à celui de récents appels d’offres attribués au Pérou et au Mexique.

L’initiative Scaling Solar a aussi respecté son engagement de rapidité : le projet de la Zambie a trouvé sa conclusion juste neuf mois après la première prise de contact avec IFC par le gouvernement zambien. Il appartient maintenant aux deux attributaires du marché – le consortium Neoen/First Solar et Enel – de boucler le montage financier des projets sous trois mois et d’achever la construction des centrales solaires un an plus tard. Les nouvelles centrales ajouteront 5 % à la capacité de production énergétique disponible du pays et contribueront à rehausser le niveau d’eau dans les barrages, des avantages majeurs pour un pays où les coupures d’électricité sont quotidiennes.

La Zambie s’est déjà engagée à lancer un deuxième processus appel d’offres, et le Sénégal comme Madagascar ont aussi rejoint le programme. Au vu de son succès grandissant, Scaling Solar se fixe à présent pour objectif de produire un gigawatt d’électricité solaire dans les trois prochaines années. Avec des tarifs comme ceux obtenus en Zambie, les consommateurs africains réaliseront une économie globale supérieure à 7 milliards de dollars par rapport à l’électricité produite à partir du pétrole, qui coûte environ 0,20 dollar par kilowattheure.

Scaling Solar bénéficie du soutien financier de l’initiative Power Africa de l’USAID, du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, du ministère des Affaires étrangères du Danemark et du Fonds de collaboration pour le développement des infrastructures (DevCo). Pour en savoir plus, visitez le site www.scalingsolar.org.

Disponible en: anglais

Publié en juin 2016